Le temps qui passe, tous les entrepreneurs s’y collent 

 

Le même jour, je coachais un entrepreneur fébrile à l’idée que son projet n’avançe pas et … un autre étonnement zen à son retour de 10 jours de lâcher prise sur le chemin de Compostelle. Belle conjonction de planète.
 
Au long d’un processus d’assessment entrepreneurial BCAE, le rapport au temps vient à juste titre introduire le 1er pilier et clôturer le cinquième
Ce n’est pas que symbolique. Il y a entre ces 2 moments un entrepreneur qui se conforte dans sa vision, son engagement confiant dans le futur (je suis auteur et volontaire) et, après visite de ses acquis, potentiels et limites, les concessions qu’il décide de faire pour tenir compte du réel et … du temps.
 

Il est notre capital commun à tous : une journée fait 24h, une semaine 7 jours et une année 12 mois.

C’est inéluctable.

 

Quelques réflexions donc à destination de celles et ceux qui répondent aux jolies sirènes de l’innovation, devenues déesse ex-machina des politiques publiques et des media.

 

Entrepreneuriat pour tous, entend-on.

Nous ne sommes pas égaux face au temps ?

 

Tout projet innovant se confronte au temps de la conception, du développement produit/service, de l’information du marché, puis de l’argumentation puis du passage à l’acte puis de l’ajustement, bref un cycle de 2 à 5 ans entre le moment de l’idée et celui d’un début de récurrence du modèle économique. Oui le temps c’est de l’argent. Imaginez, 2 ans

 

Le temps qui passe confronte notre confort ou … renforce notre sobriété. Soit il faut de l’argent parfois beaucoup pour conserver sans revenu son niveau de vie pendant ce temps, soit parce qu’il faut rester ou accepter la rigueur (et le faire partager par son conjoint et ses enfants …). Les personnes au style de vie modeste sont plus habituées à cet exercice….Le temps qui passe soit réduit les économies, soit limites nos dépenses. C’

 

Le temps se contracte terriblement sous le régime entrepreneurial. Un projet rapide dans les tours de la Défense peut prendre moins de 6 mois avant d’avoir consulté, évalué, rassuré, renoncé, repris, modifié puis finalement décidé après ultime validation. L’entrepreneur apprends à composer avec en constatant que le temps s’est aussi brusquement dévalué que le Franc dans l’Euro…

Il apprend de ce fait à composer avec des mondes qui ne sont pas ou plus les siens, d’autant que l’innovation se perd dans le cycle du changement humain qui est terriblement long. Plus l’innovation est forte plus cela coute soit en BFR soit en communication. Le plus souvent les 2.

 

 

Mais le temps qui passe construit lui un autre capital. Fabuleux

Bien sûr le temps qui passe nous renvoie à l’art de planifier, au juste à temps marketing.

 

Le temps qui passe nous relie aux autres dont les urgences ne seront jamais les nôtres. Exercice de bienveillance autant que d’humilité. Celle qui fait les grands leaders est ici pleinement sollicitée…

Il donne conscience de l’âpreté à générer des revenus. Il relativise ainsi nos appétits de consommateurs et … nous fait redécouvrir combien sont grands tous ces entrepreneurs-créateurs qui ont franchi forcément ces mêmes apprentissages.

Il offre de découvrir combien les autres ne nous ressemblent pas, ne sont pas à notre service et que c’est à nous, innovateurs glorieux, de les convaincre.

 

Le temps qui passe permet de célébrer. Un entrepreneur authentique repousse toujours ses limites et donc créé soit de la frustration s’il reste rivé sur ses objectifs qui avancent au fur et à mesure, soit de la confiance s’il sait regarder les succès et … les apprentissages.

Se dégager un peu pour célébrer, partager, féliciter, récompenser (y compris soi-même).

 

Xavier DELAUNAY
Avril 2016




Depuis 2008  La FNPAE réfléchit aux moyens de promouvoir la professionnalisation de l'entrepreneur avant et pendant les premières années de son apprentissage.

La FNPAE promeut une vision professionnalisée et exigente de l'évaluation et de l'orientation préalable des entrepreneurs et une formation solide des acteurs à ces dimensions personnelles et professionnelles clés.

Le facteur humain (personnalité, compétences, postures, cultures, valeurs,  écosystème personnel) est en effet pour plus de 60 % l'élément clé de la réussite et de la liberté. Or, la complexité accrue de formes d'entrepreneuriat, des publics et des motivations, ne se suffit plus d'approches parcellaires, à la marge ou "au feeling".

Le Lab de FNPAE,  premier organisme à modéliser un processus et des outils  de bilan de compétences entrepreneurial, d'assessment ou de coaching entrepreneurial, propose le référentiel le plus complet et exigeant du marché.


Fondamental pour l'économie et le social de demain, elle propose de faire de l'Homme et la Femme entrepreneur le pivot autour duquel s'harmonisent les expertises financières, comptables, juridiques ou techniques et non l'inverse actuel.

Le processus BCAE se déférencie du Bilan des Capacités Entrepreneuriales, Bilan entrepreneurial, test entrepreneur, test MACE Motivation Aptitude Comportement Entrepreneurial, Bilan de potentiel entrepreneurial, Finance For Entrepreneur ..., dont il peut avoir nourri la conception ou ... avoir repris les travaux ( dans la limite d'accord des ayant-droits bien sûr ! ).