La FNPAE, Fédération des praticiens de l’accompagnement à l’entrepreneuriat porte la voix de l’expérience de terrain de création d’entreprises durables. Elle participe de la professionnalisation des acteurs et d’un cadre d’accompagnement véritable sur la durée. Elle s’adresse aux 10 000 professionnels praticiens convaincus de la capacité de chaque personne à être auteur d’engagements économiques et sociaux de manière « autonome » et « responsable »,si … les ressources pédagogiques, de conseils et les moyens ajustés leurs sont proposés.

La Fédération assure la promotion des pratiques d’accompagnement à la création d’entreprise centrées sur le développement des compétences entrepreneuriales. Elle vise à accroitre le taux de 40 % de pérennité à 5 ans et la création additionnelle d’emploi (1.4 en moyenne) alors que l’entrepreneuriat fait l’objet de communications, d’incitations et de dispositifs nombreux. Le souci de service fertile aux porteurs de projet, un cadre qualitatif d’accompagnement sur la durée.

A qui s’adresse la Fédération ?

Vous faites partie des 10 000 praticiens dans l’exercice si délicat, au quotidien, du passage du salariat à l’entrepreneuriat. Chaque jour vous constatez combien sont poussés pour des motifs variés, complexes et parfois contradictoires, des personnes à « se lancer » sans forcément leur donner les moyens réels de leur réussite durable.
Les créateurs eux-mêmes ne les sollicitent pas vraiment, tant les publicités et autres conditionnements, les poussent à envisager cette transformation professionnelle et personnelle de manière purement technique.

Nombreux aussi nous font part d’une accélération donnée à l’industrialisation (numérique) des process d’accompagnement et la place toujours plus importante donnée à la communication, aux concours, à l’image numérique au détriment des accompagnements personnalisés.
La revue entreprendre et innover dans son numéro 38 confirme un processus par lequel les acteurs privés opèrent une sélection de plus en plus forte pendants que les acteurs publics ou subventionnés s’industrialisent.
L’écosystème entrepreneurial, notamment public et para-public semble suivre le chemin qui conduisit l’ex ANPE à se transformer en Pôle emploi. La sous-traitance s’accroîtra ainsi des tâches d’accompagnement et de formation à des acteurs privés. L’exemple du secteur de la formation atteste combien ceci provoque des cascades de sous-traitance avec des intervenants de terrains  souvent plus précaires que celles et ceux qu’ils forment…

 

Que pouvez-vous y trouver et apporter ?

Praticiens, témoins au quotidien des nouveaux enjeux très forts d’un métier au cœur des transformations sociales et économiques, vous êtes invités à :

-participer à la valorisation de votre métier en définissant vous même les clés de reconnaissance correspondant aux standards de qualité et de déontologie qui feront l’avenir des créateurs et donc de votre profession ( suivre en cela l’exemple des coach – EMCC).

-clarifier auprès du plus grand nombre, les différents formats d’entrepreneuriat * afin de rendre plus lisibles et attractifs vos apports pédagogiques et techniques,

-promouvoir vos prestations (formation, coaching, mentorat, conseil, …) comme leviers de l’efficacité durable des nombreux dispositifs financiers, immobiliers, techniques actuels,

-apporter aux décideurs et financeurs les connaissances des réalités entrepreneuriales d’aujourd’hui et de leurs accompagnements afin d’améliorer les dispositifs publics ou privés.

-faire jouer l’effet réseau en partageant les opportunités d’emploi, d’évolution et de formations de qualité,

Témoignages, apports d’articles, contributions, …, participation aux évènements (internes ou externes) ou aux cercles collaboratifs sont autant de moyens à votre service. Professionnels de l’accompagnement à la création, donnez envie aux  70% des créateurs isolés l’envie de vous rencontrer !

Donnez à tous les créateurs d’entreprise qui vous consultent une autre raison que trouver leurs statuts ou obtenir des aides ou crédits. Grâce à vous ils/elles acquièrent la culture, les postures et les compétences et les partagent d’expériences qui sont 60 % des facteurs de leur réussite durable.

 

L’accompagnement à l’entrepreneuriat : un métier en 3 volets

La Fédération assure la promotion des outils et process qui professionnalisent l’approche RH (développement du créateur/ créatrice) lors des différentes phases de la création d’entreprise :

-l’orientation et la préparation préalable : bilan de compétences entrepreneuriales, transition salariale, outplacement entrepreneurial, formation posture et formations techniques (compta, marketing, commerce, juridique, …)

-montage du projet : mise en mode projet, étude de marché, créativité sur les business model, évaluations financières, cadrages juridiques, constitution d’équipe (salariés et experts externes),

-coaching / mentorat post création, suivis techniques,

 

L’entrepreneuriat fait l’objet de communications, d’incitations et de dispositifs dont la variété est à l’image de la confusion qui règne sur ce sujet. C’est aussi l’image des forts enjeux humains, sociaux, politiques, financiers et commerciaux. Le souci de service fertile aux porteurs de projet, impose la professionnalisation des acteurs et un cadre qualitatif d’accompagnement sur la durée.

* 1 Enquête SINE- INSEE 2016 après réintégration des auto-entrepreneurs de plus de 10 K de CA

* 2 L’entrepreneuriat peut en effet revêtir un aspect ponctuel (attente d’un retour salarié, complément de revenus), pédagogique (apprentissage par l’action, jeunes) ou social (intégration, progression sociale) cf enquête SINE INSEE 2016)