L’accompagnement entrepreneurial  responsable

L’économie d’aujourd’hui appelle des accompagnements bien ajustés aux créateurs pour faire émerger des entreprises pérennes, innovantes et responsables. (voir notre webinar )

L’hyper demande d’entrepreneuriat (+de 10 millions de salariés déclarent vouloir créer) masque aussi l’échec de management salarial qui ne donnent pas assez d’autonomie, de responsabilité et de partage des richesses.
Cette hyper demande tient aussi d’un écosystème qui bride les recrutements dans les TPE/PME où les contrats d’incubation et de succession-reprise sont mal connus.

Réveillons les créateurs pris dans un système médiatique qui les éloigne du réel entrepreneurial, plus difficile certes mais autrement plus passionnant et prometteur.

Moins de 30% d’entrepreneurs sont accompagnés, 70% sont en risque de précarisation voire d’aliénation (au numérique, donneurs d’ordres, experts, hyper sollicitations commerciales, …)
Or, cet accompagnement, quand il est authentique, assure la perspective de 80 % de réussite à 5 ans ! Les créateurs seraient ils masochistes ?
Non, seulement mal informés et poussés à se lancer vite pour… vite devenir clients de nombreux acteurs.

La FNPAE se fixe pour objectif :
– la promotion de l’accompagnent professionnalisé à l’Entrepreneuriat, valorisant les apports en développement des compétences/posture/savoir-être des créateurs
– le déploiement de Diagnostics ou  Bilans de Compétences Entrepreneuriales indépendants des futurs prestataires,
– la pérennité des créations à 5 ans en s’appuyant sur le développement des potentiels des entrepreneurs et celui de leurs parties-prenantes.
– la prévention de la « malfaçon entrepreneuriale » dont les dommages sociaux, économiques et humains sont mal connus.

Un peu d’histoire

En 2010, plusieurs professionnels de réseaux d’accompagnement (Plans sociaux, PDV notamment) différents se sont retrouvés au sein d’un collectif indépendant

Ils constataient que moins de 30% seulement d’entrepreneurs sont accompagnés et que la création servaient déjà le bon prétexte statistique ou commercial face à des DRH ou partenaires sociaux sans aucune culture entrepreneuriale.

La finalité des accompagnements à la création n’est pas assez claire et les créateurs ne savent se repérer.
Combien pensent encore aller voir en premier un Expert-comptable alors que cet expert doit aujourd’hui, être consulté à la fin d’un accompagnement ?
Combien croient encore que la banque est là pour aider les créateurs ?

Il y a confusion entre des démarches relevant de publics très divers : encouragements à l’innovation, l’accompagnement social, ouverture de commerces en zone défavorisées, auto-entrepreneuriat, animation territoriale, reprise d’industrie ou d’artisanats … Elles côtoient l’information juridique et fiscale, la prospection commerciale et la publicité des futurs prestataires  ou …  la valorisation des élus 😉

En 2010 et 2011 les contacts avec les institutions publiques et financeurs confortent leur analyse.
Après les Assises de l’Entrepreneuriat 2013, puis la relance de l’APCE (AFE à l’époque ) en 2015, ils ont relancé leur action en constatant, encore, la faible maturité de l’environnement entrepreneurial et … les évitements de nombreux décideurs.
L’implosion des activités traditionnelles d’accompagnement entrepreneurial  (CCI, Chambre des métiers, Pôle-emploi, Experts comptables …) et less prises de conscience montrent que l’heure était venue en 2018 de combler un « trou dans la raquette » : la pédagogie d’orientation à la création.

Le succès des Assises du Capital Humain Entrepreneurial de 2018 avec le soutien d’acteurs de poids * ouvre la porte vers une belle session  le 4 février 2020
* BPI France, confédération du Crédit Mutuel, Banque Populaire, Institut Neurocognitivisme, Cadres en Missions

Lors des Assises fin 2019 la première cartographie des qualifications de l’Accompagnement entrepreneurial sera publiée.
En tant que professionnel de l’Accompagnement, en 2 minutes à peine, nous vous invitons à y répondre.
Vous recevrez en exclusivité les résultats.